Snapchat Discover : une plateforme de choix pour la presse

Dans l’immense choix d’applications disponibles pour nos Smartphones, certaines sont sans nul doute, devenues in-con-tour-nables. C’est le cas de Snapchat. 5 ans après sa création l‘application se cherche toujours et propose Discover , cette offre a-t-elle de l’avenir en France ? 

Snapchat est l’espace privilégié des adolescents. Un espace connu principalement pour s’échanger des photos perso, voir très perso, et qui s’autodétruisent au bout de 10 secondes… son utilité n’était guère vouée à évoluer.

Mais Snapchat est plein de surprises.

Tout d’abord avec les stories, les photos et vidéos mises à la suite pour rendre compte des différents moments de votre journée, qui a la différence des simples snaps, peuvent être regardées autant de fois que souhaitées durant 24h. Les marques s’en sont emparées, y trouvant un espace privilégié pour leur cible : les jeunes. Une idée marketing brillante.

Les créateurs de Snapchat ont refusé à deux reprises une offre de rachat de Facebook d’un milliard puis quatre milliards de dollars.

La dernière évolution en date est tout aussi révélatrice d’une capacité à évoluer. L’idée reste la même des couleurs vives, du fun, un temps limité mais des médias en plus !

Discover

Snpachat propose « Discover » depuis Janvier 2015 une offre incroyablement futée, car celle-ci vise les médias !
Snapchat se transforme en plateforme de choix pour relayer de l’information en partenariat avec déjà plusieurs médias tels que CNN Daily Mail, Mashable ou encore Cosmopolitan. En tout 14 médias sont disponibles, de nouveaux partenaires font leurs apparitions et d’autres sont retirés, ainsi on ne se lasse pas. La dernière entrée en date fait le Buzz, on pense évidemment à BuzzFeed. En effet le site a récemment publié des statistiques montrant que 21 % de son trafic se faisait via Snapchat.

« Stories » de rester à la page. Comment fonctionne Discover ?

Lorsque vous entrez sur Snapchat cette fonctionnalité est disponible désormais dans votre page Stories, cette nouvelle organisation permet de laisser plus de visibilité aux médias.

La page Stories sur Snapchat
La page Stories sur Snapchat – Crédit photo : Marie Patureau

https://youtu.be/1h8LhlB3EiE

Exemple avec la chaine National Geographic

Le contenu proposé sur Discover est produit par les médias eux mêmes. L’application permet à son utilisateur de découvrir chaque jour des photos et des vidéos d’actualité à travers des médias proposés. Fidèle au principe des stories, l’actu s’effacera au bout de 24h car comme l’explique la team Snapchat « Every edition is refreshed after 24 hours – because what’s news today is history tomorrow » autrement dit toute édition sera renouvelée après 24h parce que ce qui fait l’actu aujourd’hui est une histoire demain.

Snapchat est déclaré plus populaire que Facebook ou WhatsApp chez les adolescents américains. Plus largement c’est toute la tranche 16-19 ans qui est hyper connectée à l’application d’après l’étude de GlobalWebIndex revélée en 2015 concernant une base de 50.000 utilisateurs répartis sur 33 pays. Ces jeunes internautes sont 3,5 fois plus actifs que l’internaute moyen sur le réseau, et les utilisateurs Français n’y échappent pas.

Etude Global Web Index 2015
Etude Global Web Index 2015

Une ergonomie à toute épreuve

Chaque jour une nouvelle info à découvrir de 5 à 10 histoires, de quoi finalement attiser la curiosité des utilisateurs et les inciter à revenir régulièrement sur la plateforme. De plus le format stories répond à une exigence de concentration qui est recherchée par les médias. Les réseaux sociaux sont devenus une source d’information à part entière alors pourquoi pas Snapchat ?

Info sur Daily News via Snapchat Discover
Info sur Daily News via Snapchat Discover  –     Crédit Photo : Marie Patureau

Bien que le principe soit novateur, il peut aussi être déroutant pour certains. Comme nous le confie Cyril Rambaud fondateur de Curiouser et enseignant au CELSA « Snapchat est une application contraignante » celle- ci peut paraître compliquée et risque de ne pas plaire à un public adulte, pas bien habitué à son ergonomie. Par ailleurs il existe déjà beaucoup de plateformes d’information, alors pourquoi aller sur une plateforme identifiée pour les jeunes ? Il est vrai que l’application est souvent perçue comme une source d’amusement, notre spécialiste du web nous fait part de son ressenti, concernant l’application « je n’ai pas dix minutes à perdre dans ma journée, moi je ne vois pas l’utilité de snapchat Discover ». L’application fait quelques sceptiques. Qu’on ne s’y trompe pas le public visé pour le moment reste avant tout les plus jeunes.

https://youtu.be/nB7XUA77jB4

Exemple avec le magazine Cosmopolitan

Les utilisateurs ont pour l’instant un choix réduit de médias à consulter et l’information semble être aléatoire, impossible de chercher une information précise. C’est un effet de surprise qui attend l’utilisateur. Ce n’est pas non plus une plateforme sociale : pas d’effet de partage ou de « like » possible. Bémol pour l’application, elle n’offre pas de ciblage, en effet les contenus seront les mêmes pour tout le monde.

Stéphane Rabut, journaliste multimédia témoigne d’un doute quant à l’explosion de Discover sur le marché français

« je pense sincèrement que les médias français ont du retard en ce qui concerne le numérique… on est loin de composer des choses qui transcendent ».

Pour autant certains médias Outre-Atlantique y portent un réel intérêt, Vox par exemple a décidé d’embaucher du personnel au sein de leur agence, uniquement pour créer des contenus à destinations de Snapchat. Les contenus sur Discover ont un bel avenir devant eux, ils laissent une large manœuvre en terme de créativité. Ils sont à la fois informationnels, courts, colorés, dynamiques et surtout accessibles au plus grand nombre.

Le modèle mis en place avec Discover, semblerait tendre à une certaine forme de monétarisation de l’application déjà évaluée à 10 milliards de dollars. En effet, plus attractifs qu’informatifs, les contenus ont le mérite d’attirer l’attention grâce à leur mode plein écran et leur dynamisme visuel. Des formats publicitaires peuvent très facilement être insérés dans le contenu.

Que pensent les médias français ? un avis…

Pour le moment Snapchat n’a pas ouvert l’offre en France. Il est normal donc de n’y retrouver aucun de nos médias.
Cependant certains d’entre eux comme le magazine Glamour, sont en discussion avec l’application, pour un éventuel partenariat sur Discover.
Maxime Bicard le social media marketing manager du groupe Condé Nast France y voit un beau produit, qui doit néanmoins encore faire ses preuves, notamment en termes de retour sur l’investissement.
Il en ressort que les médias français n’ont pas peur de figurer sur ce nouvel espace prometteur. Le magazine Public ne redoute nullement un éventuel partenariat sur Discover « nous ne sommes pas fermés à l’offre, on aime bien se diversifier » nous confie une source de Public.fr, de quoi plaire à coup sûr à la tranche des 16-19 ans.

La presse locale a également un avis sur la question Discover. Il s’agit pour Lyon capital d’un outil comme peut l’être Twitter ou Facebook. A titre personnel le journaliste Florent Deligia spécialiste en High Tech et développement numérique, compte bien tester cette offre et voir les retours qu’elle engendre. Cette approche peut être résumée par un : tant qu’on essaye pas, on ne peut pas savoir. « L’offre est intéressante » nous avoue t-il, elle tente de ramener les jeunes vers la presse, mais en tant que journaliste il nous fait part de son inquiétude.

« ces structures relayent de l’information qu’on ne contrôle pas forcement, ça m’inquiète toujours un peu »

Aujourd’hui on ne contrôle rien. La suppression de contenu est affaire courante des moteurs de recherche quant aux réseaux sociaux, leur devise reste tout de même de faire le « buzz » et Lyon Capital reste impartial sur cette question « nous pouvons faire des papiers légers, et il en faut, mais la condition pour rejoindre Discover sera de pouvoir également faire des papiers de fond » pas question de se plier devant les géants du web pour être mieux référencés.

Le réseau a encore des preuves à faire pour charmer les Frenchies mais nous ne doutons plus des capacités du petit fantôme jaune sur fond blanc, à attirer un public de plus en plus diversifié en termes de partenaires comme d’utilisateurs.

Marie Patureau @mllelancaster 

Photo à la Une : Marie Patureau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s